Portail indépendant d’informations générales / Independent portal for general information.

Mérites sportifs neuchâtelois 2015

Marianne Fatton sur le podium!
Jeudi, 07 janvier 2016

Dombresson (SUI), le 07 janvier 2016 : Elle a eu vingt ans le 16 décembre et hier, le 17, Marianne Fatton a reçu les honneurs du public neuchâtelois en se classant au second rang des « Mérites sportifs neuchâtelois 2015 », catégorie « Prix de l’Espoir de l’Année », à 62 points seulement (total de 685) de Pascal Buchs (Orientation).  Quel beau cadeau  d'anniversaire !  

Entre études et sport, Marianne Fatton vit avec passion tout ce qu’elle entreprend. A commencer par le ski alpinisme, la compétition, les souffrances endurées sur les pentes du Jura et des Alpes. Elle ne compte plus les jours, les semaines passés sur la neige, dans la neige, à lutter pour avaler les dénivelés, progresser, gagner. Avec bonheur toujours, dans la douleur parfois. En février de cette année 2015, Marianne Fatton était sacrée championne du monde junior de ski alpinisme.

A Dombresson, à un Schuss des Bugnenets, un champion chasse l’autre. Après Didier Cuche, Val de Ruz s’apprête à vivre de nouvelles émotions grâce à Marianne, dont le palmarès ne cesse de s’enrichir.

Entretien.

Comment devient-on la championne du monde junior que vous êtes aujourd’hui ?

C’est un peu une histoire de famille ! Mes parents m’ont mis des skis de fond aux pieds alors que je n’avais que 2 ans ! Ils n’ont cessé depuis de m’encadrer, de m’encourager, de me guider dans mon apprentissage. On dit souvent que le fruit ne tombe jamais bien loin de l’arbre et bien cela se vérifie chez moi, dans la mesure où ma maman a réalisé une belle carrière sportive dans sa jeunesse, en participant notamment aux épreuves nordiques des JO d’Albertville en 1992. 

La piste de vos débuts ?

Il y a la station de Nax, où je faisais mon apprentissage de la course avec mon grand frère. Il y a bien sûr les pentes de Chasseral et sa terrible Combe Biosse que j’ai vaincue la première fois, « hissée » par mes parents en sueur. J’avais 6 ans et pas encore de peaux sous mes skis !

Il y a aussi ma première course, la « Verticale du Crêt du Puy » en 2009. J’ai terminé ex aequo avec une amie. Je me souviens avoir fait toute la course à ses côtés, en discutant, du départ à l’arrivée, où les chronométreurs nous ont signifiées que nous étions les premières ! J’avoue que nous n’avions pas encore trop l’esprit de compétition !

 

Et cet esprit de compétition vous a gagné à quel moment ?

En mars 2014, lors du défi des Faverges. J’ai couru cette course en équipe avec ma mère et une de ces amie, j’étais super contente qu’elles m’aient prise dans l’équipe. Alors je me suis surpassée pour donner le meilleur de moi-même, car je ne voulais pas les décevoir. Finalement, nous avons fait une super course, en terminant au 4ème rang et nous étions toutes très contentes. Cette course reste un magnifique souvenir pour moi, à l’arrivée j’étais très émue et fière d’avoir réussi !

Quels seront les temps forts de la nouvelle saison 2015 – 2016 ?

Nous en avons discuté avec mes parents, mon entraîneur Bernhard Hug et le CAS, qui tous constituent mon staff. Le départ sera donné le 24 octobre avec le fameux kilomètre vertical de Fully. Un test terrible pour « situer » sa forme ! Puis les épreuves comptant pour la qualification pour les championnats d’Europe, soit les championnats suisses à Davos et Lenzerheide en janvier, la Coupe du Monde à Andorre, également en janvier. J’espère obtenir cette qualification et m’aligner aux européens à Salvan / les Marécottes (SUI), au mois de février. Je participerai également à la petite Patrouille des glaciers, sous les couleurs de l’équipe suisse, avec mes coéquipières Eugénie Tornay et Séverine Pharisa.

Rêvez-vous d’Olympisme ?

Oh oui, mais il faut au préalable que le ski alpinisme soit olympique. Je garde espoir ! Pour l’heure et au-delà du sport, je compte réussir mes études universitaires et passer de bons moments avec mes amis. J’ai commencé le ski alpinisme en tant que loisir et ça reste toujours un grand plaisir d’aller m’entraîner, j’adore ça ! Les paysages enneigés, la magie des grands espaces blancs, les montagnes imposantes, les descentes bien méritées après un bel effort, tant de choses qui rendent ce sport sublime, c’est une véritable passion pour moi ! Maintenant que les jours raccourcissent et que les températures descendent, je n’attends plus que la neige…

Et nous, on se réjouit de vos prochaines victoires et on vous félicite pour cette brillante et prestigieuse reconnaissance obtenue auprès de tous les neuchâtelois.

+++

Type d'article: 
Culture - Politique - Loisirs (société)