Portail indépendant d’informations générales / Independent portal for general information.

GORGE PROFONDE !

Symposium annuel de l’AMA
Mercredi, 15 mars 2017

La Jonchère, le 15 mars 2017 : Trois journées ont été récemment consacrées au dopage et aux nouvelles mesures mises en vigueur par l’AMA (Agence Mondiale Antidopage), dirigée depuis peu par le Suisse Olivier Niggli. Plus de 700 participants venant de tous les continents étaient présents dans l’auditorium du SwissTech Convention Center de l’EPFL pour y entendre les différents intervenants et surtout y écouter les paroles du nouveau Ministre des Sports de la Fédération de Russie, Pavel Kolobkov.

L’AMA, dont l’action relève, selon certains avis éclairés, de la mission impossible, n’en cache pas moins sa  volonté de ne pas laisser faire et d’élever le niveau de ses opérations contre ce crime organisé. Parmi celles-ci, on relèvera l’invitation faite aux lanceurs d’alertes, les whistleblowers, à qui une ligne directe est ouverte pour dénoncer les tricheurs.

Ces lanceurs ont l’assurance d’une garantie sur facture de toute discrétion et sécurité. On veut bien le croire, comme l’a certainement crû Edward Snowden, avant de déchanter et de se réfugier derrière les murs du Kremlin !

Cafter peut coûter cher. Dans le milieu du crime, de surcroît organisé et c’est bien de cela qu’il s’agit, le bavard pourrait craindre pour sa sécurité et se faire du souci pour sa vie quotidienne. Il irait au-devant d’ennuis. Et comme le disait l’illustre Michel Audiard, « Comme les cons, les emmerdes ça vole toujours en escadrille ! »

Dans certains pays, certaines républiques et pas forcément bananières, où les mots liberté et expression sont toujours absents du dictionnaire, les lanceurs d’alertes ont autant de soucis à se faire que les journalistes, dont c’est précisément le métier de nous rendre attentifs, de nous alerter, de nous informer.

Bien. Une fois l’alerte donnée, encore faut-il frapper là où cela fait mal.

On se souvient du tollé provoqué par le New-York Times et les confidences recueillies auprès de Grigory Rodchenkov, ancien Directeur du laboratoire russe antidopage, aujourd’hui réfugié aux USA. On se souvient aussi de la réaction molle du CIO figé sur ses pattes arrière à quelques courtes semaines de l’ouverture des JO de Rio.

Snowden, Rodchenkov, deux whistleblowers accusant hier la patrie de l’autre et tous les deux aujourd’hui réfugiés dans la capitale de l’autre !

A quand l’échange à Check Point Charlie ?

Type d'article: 
Athletes - Education - Doping (sport)