Portail indépendant d’informations générales / Independent portal for general information.

« C’EST Á ELLE MAINTENANT ! »

La joie communicative de Marianne Fatton.
Samedi, 13 février 2016

+++

Dombresson (SUI), le 13 février 2016 : Entourée de ses parents, de ses frères, de ses voisins et amis, Marianne Fatton s’est livrée au jeu des questions lors de la petite fête organisée en son honneur à Dombresson, le 11 février, après son titre européen. Sa maman Anna, ancienne athlète de ski de fond du cadre national tchécoslovaque (1985 – 1993) fut la première à s’exprimer.

« Je me réjouis des succès de Marianne. Pendant de nombreuses années, nous avons partagé ensemble cette même passion du ski, de l’effort. Aujourd’hui, j’éprouve un immense bonheur de voir ma fille trouver sa propre voie et de poursuivre avec l’aide de son entraîneur Bernie les objectifs qu’elle s’est fixés elle seule. J’en suis très fière. A un moment donné, les parents doivent se retirer discrètement, je l’ai vécu moi-même dans ma carrière sportive. Maintenant, c’est à elle et à elle-seule. »

Puis le coach personnel, Bernhard Hug (Homberg, BE), se souvient d'avoir immédiatement identifié le talent et le potentiel lorsqu’il a découvert Marianne pour la première fois. « Je suis convaincu que ce premier titre majeur est un premier pas vers d’autres podiums encore plus prestigieux. C’est ce que je souhaite à Marianne et serai à ses côtés pour y parvenir ! » a déclaré le Chef de la discipline et responsable de la relève au sein du ski-alpinisme du Club Alpin Suisse (CAS).

Le public lui-aussi ne s’est pas privé d’interroger sa championne

- Quel est ton rythme d’entraînement hebdomadaire ? Et as-tu déjà « escaladé » à ski notre terrible route qui conduit aux Vieux-Prés ?

Marianne : Je m’entraîne en général entre huit et douze heures par semaine. Quant à cette route, je la connais par cœur, mais l’été. Elle est redoutable !

- Et ta prochaine course ? Tes prochains podiums ?

Ce sera en Italie où se disputera une manche de la Coupe du Monde. Il y aura deux courses, la première pour les individuelles et le sprint. Et là, j’avoue lorgner sur le podium ! On verra.

- Et comment se passe la vie, les contacts avec tes adversaires ?

On s’entend à merveille. Bon il y a la barrière de la langue. La majorité est italienne, mais on se débrouille entre nous. Après les courses, si l’occasion se présente, on fait la fête ensemble.

- As-tu déjà été l’objet d’un contrôle du dopage ?

Non, jusqu’ici jamais. Mais j’observe que des prélèvements sont effectués à chaque course internationale. Mais qu’on se rassure, cela ne me fait pas peur du tout !

- As-tu gagné de l’argent ?

Oui. Un petit peu. Mais pas de quoi devenir riche (rires)! Quelques professionnels existent dans le circuit, il est vrai. Mais rien de comparable avec d’autres sports plus médiatisés. Jusqu’ici, un sponsor m’a fourni les skis et les chaussures, après mes résultats en 2015 (ndlr : championne du monde junior !). Mais c’est clair que je surveille la sonnerie de mon téléphone !

+++

La maman, Anna Janouskova - Fatton Le papa, Didier Fatton.
Marianne et son coach Beni Hug. La Championne d'Europe 2016!

 

Type d'article: 
Culture - Politique - Loisirs (société)